• 4
  • 2
  • 3
  • 1

Qu’est-ce que l’Endobiogénie ?

L’Endobiogénie et la Phyto-Aromathérapie intégrative ont été conceptualisées par le médecin et chercheur français, Christian Duraffourd.
En vue de poursuivre ses recherches et son enseignement, le docteur Charbel Abi Chahine a créé en Belgique l’IBEPI (l’Institut Belge d’Endobiogénie et de Physiologie Intégrative) aidé par le docteur Noëlle Vescovali et Charles de Wouters

L’Endobiogénie , c’est la science de la vie interne :

ENDO = intérieur
BIO = la vie
GENIE = la capacité que possède le corps humain à s’autogérer

Les bases de l’Endobiogénie reposent sur la notion du terrain. En médecine : chaque individu possède un terrain qui lui est propre. Il y donc a autant de terrains que d’individus sur terre.

NOUS SOMMES TOUS UNIQUES

Les traitements proposés par le médecin formé en Endobiogénie sont personnalisés. Le malade est pris en charge dans sa globalité sans qu’il soit  fragmenté

Avant le Dr. Duraffour, la médecine Ayurvédique, la médecine chinoise, l’homéopathie et bien d’autres médecines ont  également pensé à la notion du terrain, à  la globalité et à l’unicité de l’Homme pour une prise en charge optimale dans la compréhension de sa  maladie.

Pasteur l’avait dit sur son lit de mort : « Le germe n’est rien, le terrain est tout »

Par ailleurs, l’être humain n’est pas seulement  une structure mais surtout une fonction en interaction permanente avec le monde extérieur.
Qui dit fonction, dit mouvement, interaction et dynamisme.

Le corps humain possède plusieurs systèmes en interaction permanente, dont un système nerveux et un système endocrinien qui permettent à l’organisme de faire face aux « agresseurs » à tout moment , de s’adapter à cette agression , de se restaurer et de retourner à un nouvel état d’équilibre (santé)

La maladie apparaît lorsque les systèmes de défense de l’organisme sont sollicités par des agressions répétitives dans un laps de temps court, les empêchant de récupérer et de  se restaurer.

 La maladie peut également survenir quand les systèmes de défense  subissent  une agression brutale, immense (stress immense survenu rapidement)  dont la force dépasse la capacité de défense du système tampon. Le terrain devient alors critique, désadapté  et le déséquilibre apparaît.

L’Endobiogénie, basée sur les connaissances les plus récentes et les plus approfondies  en physiologie humaine, part du postulat que l’équilibre global et harmonieux de l’organisme humain concerne tant  le maintien de sa structure que de ses capacités d’adaptation et de restauration. Cet équilibre ne peut se concevoir que s’il existe un système dynamique, ubiquitaire, capable d’agir localement ou à distance. Ce système est apte à assurer à chaque instant, à chaque niveau, la gestion de chacune de ces parties ainsi que de leurs interrelations, et de se gérer également lui-même en inhibant ou pas ses sécrétions.

Le seul système physiologique capable de répondre à tous ces critères , est le système hormonal, le gestionnaire du corps humain

De ce fait, la théorie de l’Endobiogénie propose une nouvelle définition de la notion du terrain , fondée sur l’étude et la compréhension du fonctionnement neuro-endocrinien du vivant qui, en assurant la gestion harmonieuse de tous les événements métaboliques de l’organisme humain (expression fonctionnelle du potentiel génétique, organisation structurale, croissance, réparation, adaptation, immunité, fonctions organiques et émonctorielles, conscience, etc.) permettent de maintenir un équilibre propre à chacun.

Tout déséquilibre sera corrigé par un remède adapté, naturel à base de plantes médicinales.

Pourquoi la plante ? C’est un organisme vivant, énergétique qui respecte notre fonctionnement pulsatile, notre rythmicité.  La molécule chimique est inerte, avec des nombreux effets secondaires  et ne respecte pas le rythme corporel.

La stratégie thérapeutique qui découle de l’approche endobiogénique ne pourra ainsi se borner à l’application pour tous de traitements standardisés, dont les limites et les dangers apparaissent de plus en plus. Aujourd’hui l’ensemble de la science actuelle démontre que chaque être est unique, et que « sa » maladie relève d’un traitement qui doit lui être spécifiquement adapté.